© Jean-Michel Seminaro, 2015.

VILLAGE AU PIED-DU-COURANT À MONTRÉAL

UNE FENÊTRE CITOYENNE SUR LE FLEUVE SAINT-LAURENT

Le Village au Pied-du-Courant est une initiative citoyenne et communautaire visant la réappropriation d’un terrain délaissé de la ville, qui offre une perspective exceptionnelle sur le paysage emblématique de Montréal, soit le fleuve Saint-Laurent. Ce projet traduit de façon concrète et spectaculaire le pouvoir de la communauté pour la valorisation du paysage urbain. Le projet (initialement nommé Village Éphémère) a été lancé par l’Association du design urbain du Québec (ADUQ) à l’été 2014, puis repris et orchestré par Pépinière & Co, à la suite de la demande de nombreux Montréalais qui souhaitaient pérenniser l’événement.

Pour aménager le lieu, l’organisme a fait appel à la collaboration d’artistes, d’artisans et de designers locaux, leur offrant un lieu d’expression, d’occasions et d’expérimentation hors du commun. La programmation regroupe des événements et des activités diverses, et ce, pour l’ensemble de la population, afin que tous puissent s’approprier le site. On retrouve également des activités sportives, un cinéma en plein air, un jardin avec des installations artistiques, une promenade riveraine, de la cuisine de rue, un biergarten ou « jardin de bière » et, finalement, une plage artificielle qui accueille un grand nombre d’activités et d’animations.

Chaque été, le site devrait reprendre vie sous une nouvelle forme. Pour Pépinière & Co, ce projet est le premier d’une série d’initiatives pour améliorer les espaces délaissés de Montréal et révéler leur potentiel (Jardins Gamelin, l’Hivernale, Marché du Nord, etc.).

Assurer la transition d’un site festif à une place publique fréquentée

Actuellement, l’achalandage au site est concentré lors d’événements ponctuels, notamment du fait que le site est en marge de la ville, loin des rues très fréquentées du centre-ville. Le défi reste de faire du site un espace porté non seulement par des interventions éphémères, mais aussi une place publique à la fréquentation régulière et mixte.

Le financement du projet demeure un enjeu. Alors que les porteurs du projet ont à cœur de créer une place publique que tous pourraient s’approprier, de nombreux projets similaires ont dû être privatisés ou on a dû monnayer l’accès au site. Ce modèle de fonctionnement, à l’inverse de l’esprit des organisateurs, est promu par un nombre de bailleurs de fonds toujours plus grand.

CONTACT
Jérôme Glad
Chargé du développement, Pépinière et Co.