© TriDev Corporation

LE VILLAGE EN HAUT DU RUISSEAU À DIEPPE

PROJET PILOTE MODÈLE DE DESIGN DE QUARTIER DURABLE

Le développement résidentiel en région est très souvent un grand consommateur d’espace. La conception du « Village en haut du ruisseau » vise au contraire à conserver une grande partie du boisé existant et à rentabiliser l’installation d’infrastructures en densifiant les résidences dans les nouveaux développements.

En 2004, le promoteur TriDev Corporation, souhaitant développer un lotissement résidentiel, demande un changement de zonage à la Municipalité de Dieppe. C’est à cette occasion que la Municipalité, en partenariat avec la province du Nouveau-Brunswick, propose au développeur de réaliser un projet pilote de DECOD (design de collectivité durable) pour concevoir un lotissement respectant les principes du développement durable. En 2009, une première phase est lancée, et en 2015, c’est la sixième phase qui commence.

Un amalgame de bonnes pratiques

Le terrain développé compte 12,5 hectares, dont 8,5 sont conservés au titre d’espaces sensibles ou significatifs. Sur les trois hectares restants, 217 logements seront construits grâce à la réduction de la taille des terrains et 20 % d’entre eux sont des logements plus abordables. La réduction de la taille des terrains dédiés aux habitations attire également des résidents qui ne souhaitent pas avoir un grand terrain à entretenir, mais qui veulent vivre dans un environnement de qualité grâce à la grande part d’arbres matures conservés. D’autre part, le coût d’installation et d’entretien des infrastructures est réduit, puisque celles-ci desservent un grand nombre de résidences pour un déploiement limité.

De nombreuses études ont été réalisées pour caractériser le terrain à développer. Une fois les espaces naturels à conserver déterminés, le développement résidentiel est conçu dans les espaces qui n’ont pas d’intérêt naturel particulier. Il a été choisi de construire les rues dans une logique est-ouest pour assurer un ensoleillement optimal et de grands arbres matures sont conservés au nord du lotissement pour protéger les habitations des vents hivernaux.

Ce projet est un exemple de conception conjointe où le temps et le travail ont permis d’améliorer significativement la qualité du développement résidentiel. Le promoteur pourra construire 217 logements, alors que le zonage initial en permettait seulement cinq. La municipalité a également pu grandement accroître ses recettes fiscales et rentabiliser le déploiement des infrastructures. Des étudiants ont aussi participé au projet, notamment la School of Planning de l’Université de Dalhousie en Nouvelle-Écosse et le groupe Littoral et vie de l’Université de Moncton.

Contact

André Frenette
Directeur du Service de planification et de développement, Ville de Dieppe